La chute du Mur de Berlin

La chute du Mur de Berlin

La chute du Mur de Berlin

Le contenu du document

Le 13 Août 1961 au matin, les habitants de Berlin trouvent à leur réveil une situation inquiétante : leur ville est coupée en deux par un mur construit dans la nuit. Certains tentent encore leur chance et passent à l'Ouest avant que le mur ne soit complètement opérationnel. Dans les jours suivant le mur est renforcé par de multiples protections le rendant quasiment infranchissable. Il doit empêcher les allemands de Berlin Est de se réfugier à l'Ouest comme l'ont déjà fait 3,5 millions de personnes entre 1949 et 1961. Le mur de Berlin, symbole de la division entre le monde communiste et le monde capitaliste va pourtant être le symbole quelques années plus tard de l'effondrement du rideau de fer et de la réconciliation Est-Ouest.
L'Europe divisée en 1957

I - Des réformes qui affaiblissent l'URSS et le bloc de l'Est

A l'arrivée au pouvoir de Gorbatchev en URSS en 1985, le bloc communiste est en mauvaise posture. La course aux armements et les difficultés économiques ont épuisé les pays du pacte de Varsovie. Ceux-ci, alliés à l'URSS attendent d'elle des solutions afin de parer à la banqueroute qui s'annonce. Gorbatchev entame une nouvelle politique de réforme : la Glasnost (transparence) doit permettre plus de démocratie et la Perestroïka (restructuration) doit permettre de refaire partir l'économie grâce à une place laissée au secteur privé. Gorbatchev est de plus en plus contesté au sein du parti communiste soviétique, ce qui l'affaiblit. Il a en quelque sorte ouvert la boîte de pandore des réformes qui suscitent un immense espoir en URSS et dans les pays du pacte de Varsovie.
En Europe centrale, la frontière austro-hongroise est ouverte au début de l'année 1989. La nouvelle connue, de nombreuses personnes fuient vers l'Ouest. Les partis communistes de l'Europe de l'Est commencent à craigne ces réformes voulues par Gorbatchev et redoutent qu'elles ne provoquent l'effondrement du système tout entier. La situation est particulièrement critique dans un pays : la RDA.

II - La situation critique de la RDA

En RDA (République Démocratique Allemande), la situation est critique. En effet, le parti communiste allemand vient de changer de dirigeant à cause de la maladie d'ErichHonecker. Krenz le remplace et découvre une situation de banqueroute. Il essaye de se tourner vers l'URSS et les autres pays européens communistes pour trouver de l'argent mais ceux-ci, déjà en situation économique difficile n'en n'ont pas les moyens.
Krenz décide alors de se tourner vers l'Ouest. Il demande de l'argent à la RFA (République Fédérale Allemande) qui accepte et finance de manière très importante les dépenses de la RDA. En échange, Krenz consent à des concessions et accepte que les citoyens de RDA qui le veulent se rendent en RFA mais à condition qu'ils ne reviennent pas. Cette concession va précipiter la chute du mur.

III - L'effondrement du mur

A l'annonce de cette ouverture restreinte du mur de Berlin, de nombreuses personnes rendent visite à de la famille à Berlin Ouest ou quittent carrément le pays. Vient le moment où un couple qui s'était rendu à Berlin Ouest pour aller voir des proches souhaite retourner en RDA. Devant le refus des douaniers Est-allemands, le couple explique que leur bébé est resté en RDA, les douaniers les laissent donc passer : ce sont les premières personnes à aller en RFA et à revenir ensuite en RDA. Les douaniers Est-allemands sont de plus dépassés par la foule qui se présente aux check point et laissent peu à peu de plus en plus de personnes circuler de part et d'autres de la frontière.
Afin d'endiguer ce flot, Krenz demande de l'aide à l'URSS qui refuse d'employer la force. Se sentant abandonné, Krenz laisse la population démolir le mur qui s'effondre finalement le 9 Novembre 1989. Les soviétiques et les troupes Est-allemandes ne réagissent pas et la population célèbre cet évènement dans une joie immense. Les conséquences de cette chute du mur seront très rapides et dévastatrices pour le bloc communiste.

IV - Les conséquences directes de la chute du mur

L'effondrement du mur de Berlin entraîne la chute des régimes communistes dans les pays européens communistes parfois de manière violente comme en Roumanie (le dictateur Ceausescu et sa femme sont exécutés). La réunification allemande est proclamée le 3 Octobre 1990 : la RDA est absorbée par la RFA. Gorbatchev autorise cette réunification et ordonne le retrait des troupes soviétiques en échange de sommes d'argent considérables de RFA afin de soulager les finances soviétiques. Les pays européens retrouvent pour la plupart le chemin de la démocratie. Le pacte de Varsovie sera dissout en 1991.
En URSS, Gorbatchev sort très affaibli de cet évènement et celui-ci, très aimé dans les pays capitalistes est de plus en plus mal aimé en URSS. L'URSS, devenue une coquille vide en 1990 avec la proclamationd'indépendance de nombreuses républiques qui la composent sera officiellement dissoute en Décembre 1991avec la démission de Gorbatchev et donnera naissance à une multitude de nouveaux Etats : les pays baltes, l'Ukraine, la Biélorussie, la Moldavie, l'Azerbaïdjan, l'Arménie, le Kazakhstan et la Géorgie.
La chute du mur de Berlin marque donc la fin de l'ordre territorial européen tel qu'il avait été dessiné à la conférence de Yalta en Février 1945 et marque l'émergence d'un nouvel ordre européen fondé sur la démocratie.
Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac pro le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac Pro

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac Pro

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?