Les formes de l'interrogation - Français - Première professionnelle

Les formes de l'interrogation - Français - Première professionnelle

Le document proposéé porte sur Les formes de l'interrogation, chapitre de Français Bac Pro.

Tout d'abord, vous verrez les différentes formes de l'interrogation directe et indirecte, puis vous étudierez leur différence.

Téléchargez gratuitement ce cours de Français de Première Professionnelle.

Les formes de l'interrogation - Français - Première professionnelle

Le contenu du document

 

Utilisée aussi bien à l'oral qu'à l'écrit, l'interrogation permet de poser une question, de demander des renseignements. L'interrogation peut être directe ou indirecte, totale ou partielle.

 

L'INTERROGATION DIRECTE

L'interrogation directe concerne les questions qui sont retranscrites telles qu'elles sont formulées par le locuteur. 

Exemple 1 : Il s'interroge : "Comment est-elle arrivée jusqu'ici ?"

Exemple 2 : Es-tu en forme ce matin ?

 

L'interrogation directe se termine obligatoirement par un point d'interrogation (?) et est marquée à l'oral par une intonation montante. 

D'un point de vue syntaxique, elle peut comprendre une inversion du pronom sujet et du verbe. 

L'interrogation directe peut être totale ou partielle.

 

L'INTERROGATION DIRECTE TOTALE 

Elle porte sur toute la phrase, on peut répondre à la question par OUI ou par NON. L'interrogation directe totale peut apparaître sous trois formes différentes.

Exemple 1 : Est-ce qu'ils partent cet été ? → "Est-ce que" + absence d'inversion sujet / verbe

Exemple 2 : Partent-ils cet été ? → Inversion pronom sujet / verbe avec trait d'union

Exemple 3 : Tes amis partent-ils cet été ? → Sujet + inversion pronom sujet / verbe avec trait d'union

Exemple 4 : Est-ce que vous allez au restaurant ce soir ? 

Exemple 5 : Allez-vous au restaurant ce soir ?

Exemple 6 : Marie et toi allez-vous au restaurant ce soir ?

 

L'INTERROGATION DIRECTE PARTIELLE 

Elle porte sur une partie de la phrase, on ne peut pas répondre à la question par OUI ou par NON. L'interrogation directe partielle débute systématiquement par un marqueur interrogatif : pourquoi, quand, comment, combien, où, qui, que, quel, lequel, laquelle, lesquels… 

Exemple 1 : Quel jean achètes-tu ? → Marqueur interrogatif + inversion pronom sujet / verbe

Exemple 2 : Pourquoi boit-il de l'alcool ? → Marqueur interrogatif + inversion pronom sujet / verbe

 

NB : Si le verbe se termine par une voyelle et que le pronom sujet qui le succède commence par une voyelle, alors la diction de la phrase est facilitée par l'ajout d'un t encadré de traits d'union. Cette règle est aussi bien valable pour l'interrogation totale que pour l'interrogation partielle.

Exemple 1 (interrogation totale) : A-t-il déjà mangé ? 

Exemple 2 (interrogation partielle) : Quand viendra-t-il nous voir ? 

 

L'INTERROGATION INDIRECTE

L'interrogation indirecte concerne les questions qui sont intégrées dans une proposition subordonnée. Ce type d'interrogation permet de rapporter des propos interrogatifs.

Exemple 1 : Je me demande quel est son nom. (= Quel est son nom ?)

Exemple 2 : Il ne sait pas comment faire. (= Comment faire ?)

 

Contrairement à l'interrogation directe, l'interrogation indirecte ne se termine jamais par un point d'interrogation (?). Elle est donc marquée par une intonation descendante

D'un point de vue syntaxique, elle peut être introduite par différentes formules : je demande, je me demande, je ne sais pas, j'aimerais savoir, je ne comprends pas… et n'affiche jamais d'inversion entre le pronom sujet et le verbe. 

 

L'interrogation indirecte peut également être totale ou partielle.

 

L'INTERROGATION INDIRECTE TOTALE 

Elle porte sur toute la phrase, on peut répondre à la question par OUI ou par NON. Dans une interrogation indirecte totale, le verbe introducteur est généralement suivi de la conjonction de subordination "si".

Exemple 1 : Il se demande s'il est toujours malade. (= Est-il toujours malade ?)

Exemple 2 : J'aimerais savoir si tu es d'accord avec moi. (= Es-tu d'accord avec moi ?)

 

L'INTERROGATION INDIRECTE PARTIELLE 

Elle porte sur une partie de la phrase, on ne peut pas répondre à la question par OUI ou par NON. Dans une interrogation indirecte partielle, la question est introduite par un marqueur interrogatif : pourquoi, quand, comment, combien, où, qui, que, lequel, laquelle… On peut également le trouver sous la forme ce qui ou ce que.

Exemple 1 : On peut se demander quel est l'intérêt de ce texte. (= Quel est l'intérêt de ce texte ?)

Exemple 2 : Pierre se demande ce qu'il mange. (= Que mange-t-il ?)

 

DE L'INTERROGATION DIRECTE A L'INTERROGATION INDIRECTE

Pour bien saisir la différence entre interrogation directe et interrogation indirecte, il peut être judicieux de comparer les deux.

bac-pro-formes-directes-indirectes

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac pro le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Chaque semaine recevez des conseils de révisions de la part de votre
coach bac !

Recevoir

Nos infos récentes du Bac Pro

Communauté au top !

Révise ton BAC
Contenus en illimité

Inscription gratuite

Accès gratuit pour préparer le bac !

Vous devez être membre de digiSchool bac Pro

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?