La comparaison et la métaphore - Français - Premiere Professionnelle

La comparaison et la métaphore - Français - Premiere Professionnelle

digiSchool vous propose une fiche de révision de Français Bac Professionnel, sur "La comparaison et la métaphore".

Le document vous définira les notions de comparaison mais aussi de métaphore.

Téléchargez gratuitement ce cours de Première Pro de Français.

La comparaison et la métaphore - Français - Premiere Professionnelle
Télécharger gratuitement

16.00/20

4.0000 5 0

1 Avis > Donne ton avis

231 téléchargements

Le contenu du document

 

La comparaison et la métaphore sont des figures de style qui permettent de rapprocher deux choses, deux personnes ou deux idées qui ont un point commun. Elles sont donc classées parmi les figures de ressemblance (ou d'analogie). 

La comparaison et la métaphore sont fréquemment utilisées dans les textes littéraires mais aussi dans le langage courant pour préciser, imager, illustrer une idée.

 

LA COMPARAISON

La comparaison consiste à rapprocher deux éléments à l'aide d'un mot outil qui permet d'exprimer une ressemblance ou une différence.

La comparaison est donc construite autour de trois éléments distincts : 

Le comparé : élément que l'on souhaite comparer

Le comparant : image utilisée pour illustrer le comparé

L'outil de comparaison : élément permettant de lier le comparé au comparant. Il peut s'agir de différents types de mots : ressembler à, avoir l'air de, sembler, comme, pareil à, semblable à, tel que, tel, à la façon de, de la même façon que, différent de, similaire à, identique à, à l'égal de, ainsi que…).

Exemple 1 : Ses cheveux sont blonds comme les blés.

Exemple 2 : Ses yeux, telles des étoiles, brillaient de mille feux à l'annonce de cette nouvelle.

 

Exemple littéraire 1 : "La terre est bleue comme une orange." (Eluard)

Exemple littéraire 2 : "Le Poète est semblable au prince des nuées." (Baudelaire)

 

Attention, il se peut que ces éléments n'apparaissent pas toujours dans l'ordre présenté ci-dessus. Dans les exemples suivants, l'outil de comparaison et le comparant précèdent le comparé.

 

Exemple 1 : Tel un justicier, il s'est jeté sur le voleur. 

Exemple 2 : Comme un fou, il a hurlé son prénom toute la nuit.

 

Certaines comparaisons sont d'ailleurs si célèbres qu'elles font désormais partie du langage courant. Elles sont même devenues de véritables expressions françaises.

 

Exemple 1 : Il est sage comme une image.

Exemple 2 : Il est blanc comme un linge.

Exemple 3 : Il est rusé comme un renard.

Exemple 4 : Il est doux comme un agneau.

 

LA METAPHORE

La métaphore consiste à rapprocher deux éléments (le comparé et le comparant) mais sans utiliser de mot outil. Le point commun qui unit ces deux éléments n'est d'ailleurs pas toujours facile à saisir.

La métaphore peut être construite de différentes manières, notamment à l'aide d'un verbe d'état / attributif (être, paraître, devenir…), d'une apposition ou d'un complément du nom.

 

LE VERBE D'ETAT OU ATTRIBUTIF 

Exemple 1 : Ce garçon est un dieu !

Exemple 2 : "Ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage." (Baudelaire)

 

L' APPOSITION 

Exemple 1 : Cet homme d'affaires, un véritable requin, vient d'empocher 1 000 000€. 

Exemple 2 : "Qu'est devenu mon cœur, navire déserté ?" (Nelligan)

 

LE COMPLEMENT DU NOM 

Exemple 1 : Elle a versé un torrent de larmes.

Exemple 2 : "Jetant sur le ciel un gros serpent de fumée noire." (Maupassant)

 

Certaines métaphores sont également utilisées dans le langage courant.

Exemple 1 : Il pleut des cordes.

Exemple 2 : Il est dans la fleur de l'âge.

 

La métaphore filée

Cette figure de style consiste à développer une métaphore sur plusieurs lignes, en déployant tout un champ lexical autour du comparé.

 

Exemple littéraire 1 : 

« Dans les batailles meurtrières de la finance, la Méchain était le corbeau qui suivait les armées en marche ; pas une compagnie, pas une grande maison de crédit ne se fondait, sans qu'elle apparût, avec son sac, sans qu'elle flairât l'air, attendant les cadavres, même aux heures prospères des émissions triomphantes ; car elle savait bien que la déroute était fatale, que le jour du massacre viendrait, où il y aurait des morts à manger, des titres à ramasser pour rien dans la boue et dans le sang. » (Zola)

 

Exemple littéraire 2 : 

 « Il faut pourtant qu'il y en ait qui mènent la barque. Cela prend l'eau de toutes parts, c'est plein de crimes, de bêtise, de misère… Et le gouvernail est là qui ballotte. L'équipage ne veut plus rien faire, il ne pense qu'à piller la cale et les officiers sont déjà en train de se construire un petit radeau confortable, rien que pour eux, avec toute la provision d'eau douce, pour tirer au moins leurs os de là. Et le mât craque, et le vent siffle, et les voiles vont se déchirer, et toutes ces brutes vont crever toutes ensemble, parce qu'elles ne pensent qu'à leur peau, à leur précieuse peau et à leurs petites affaires. » (Anouilh)

→ Le pouvoir est ici assimilé à la navigation.

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

Jijiostudy
4 5 0
16/20

C'est un très bon cours... c'est super ça aide beaucoup !!

par - le 13/06/2017

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac pro le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac Pro

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac Pro

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?