Correction Français - Bac Pro 2017 Pondichéry

Correction Français - Bac Pro 2017 Pondichéry

Voici le corrigé de Français du Bac Pro de Pondichéry 2017.
Voir le sujet de Français

Notre professeur a répondu à l'ensemble des questions de présentation du corpus, d'analyse et d'évaluation des compétences d'écriture afin que vous puissiez facilement vous entraîner et vous évaluer. L'objet d'étude était Identité et Diversité.

Téléchargez gratuitement ci-dessous le corrigé de Français du Bac Professionnel de Pondichéry 2017 !

Correction Français - Bac Pro 2017 Pondichéry
Télécharger gratuitement

20.00/20

4.8333 5 0

6 Avis > Donne ton avis

2831 téléchargements

Le contenu du document


Objet d’étude : identité et diversité

PRESENTATION DU CORPUS

QUESTION N°1 : 

Présentez le corpus, en trois à six lignes, en montrant son unité et ses différences. (3 points)

Les trois documents de notre corpus se rattachent tous à l'objet d’étude : identité et diversité. Tous trois évoquent la relation d’un enfant avec ses parents et le lien que celle-ci peut avoir dans la construction d’un individu. Le texte d’Annie Ernoux, extrait de son roman La place, et le texte d’Albert Cohen, issu de son roman Le livre de ma mère, sont des textes autobiographiques, des récits de filiations.  Le troisième document quant à lui, est une photographie de Ibrahim Maalouf et son père, tous deux musiciens, au festival de Baalbek au Liban. En embrassant son père sur le front, Ibrahim Maalouf semble rendre hommage à celui-ci, il paraît avoir suivi les traces de son père et en être fier. 


ANALYSE ET INTERPRETATION

QUESTION N°2 : 

Texte 2. Par quels moyens l’écriture d’Albert Cohen rend-elle émouvante l’image de la mère ? (3 points)

Dans cet extrait, Albert Cohen rend la description de sa mère émouvante en utilisant le registre pathétique. En effet, bien que mise en valeur par des termes positifs : ”humblement”, “cette âme sans fiel”, “fidèle” l’auteur semble montrer avec beaucoup de réalisme la condition limitée de cette mère qui ne peut plus prendre part à la vie de son fils. La mère d’Albert Cohen est décrite comme une “bannie”, une “isolée”, “exclue”,” solitaire” elle est même comparée à “un bon chien fidèle”. Cette dernière comparaison suscite chez le lecteur de la pitié, on réalise mieux l’état de dépendance de cette femme à son fils, et on ressent également la culpabilité de celui-ci qui rétrospectivement condamne son attitude vis-à-vis de sa mère d’”injuste” et ses sorties mondaines en les qualifiant de “idiotes relations mondaines” et “cette sale bande de bien élevés”. Mais ce qui rend cette description si émouvante est l’acceptation de la mère face à son ”petit sort d’attendre”. Albert Cohen, par l’emploi de phrases négatives, énumère les actions pourtant légitimes que sa mère ne s’autorisait pas : “Elle ne s’indignait pas”, “Elle ne trouvait pas injuste” “ Elle ne connaissait pas”. En outre, ce qui transparaît dans ce portrait est l’amour et la dévotion d’une mère pour son enfant, les verbes à l’infinitif : ”attendre” “ connaître” “admirer” présente cette mère dans une position active. Malgré son malheur et sa souffrance, cette mère a su trouver le contentement en cousant pour son fils des vêtements et en “savourant” chaque moment avec son fils. 


QUESTION N°3 : 

Texte 1 et Document 3. Montrez de quelles manières chaque enfant vit sa relation avec son père. (4 points)

Le texte d’Annie Ernoux et la photographie de notre corpus présente une vision différente de la relation au père. En effet, Annie Ernoux décrit d’emblée dans son texte le fossé culturel qui s’est créé entre “tout ce qui [la] touche de près”, c’est à dire sa culture familiale et les nouveautés qu’elle découvre dans cet univers bourgeois. Annie Ernoux affiche sa différence au sein de cette famille en jugeant ”ridicules” les idées et préjugés de son milieu et “pèquenot” les centres d’intérêts rattachés à ce milieu populaire. Ainsi, l’auteure relate sa relation avec son père sous le signe de la rupture au passé, les phrases négatives : “il n’osait plus me raconter”, “je ne lui parlais plus” marquent la distance qui s’est établie entre le père et sa fille. Dans la suite du texte, on relève les sources d’incompréhension entre eux. Les réactions vives de son père “il s’énervait”, ”il se fâchait” soulignent le désarroi de ce père face à l’éloignement culturel de sa fille. La photographie représentant Ibrahim Maalouf et son père, quant à elle, révèle une situation inverse. On note l’affection entre le père et le fils alors qu’ils semblent identiques l’un à l’autre. Tous deux vêtus d’un smoking, tenant une trompette, les deux musiciens paraissent attachés l’un à l’autre, tant par les liens familiaux qu’artistiques. Mais ce qui nous frappe davantage, c’est le geste affectueux et respectueux du fils envers son père. On comprend qu’Ibrahim Maalouf loin de s’être éloigné de sa culture familiale à réussi à se l’approprier pour bâtir sa propre identité et devenir un trompettiste reconnu, il n’oublie pas de signifier au monde entier le rôle que son père a joué dans cette construction. 


ÉVALUATION DES COMPETENCES D’ECRITURE

Selon vous, faut-il seulement s’appuyer sur sa culture familiale pour construire son identité ?

Nul ne peut réellement échapper à sa culture familiale. Ainsi transmise, la culture familiale de chaque individu engendre une énorme diversité dans la société. En réfléchissant sur les étapes de construction d’un individu, nous pouvons nous demander quel rôle la culture familiale joue-t-elle ? 

La famille joue un rôle essentiel. En effet, par les liens affectifs qu’elle sous-tend, la famille et notamment les parents exercent une influence considérable sur les enfants. Ces derniers la prennent pour référence absolue au début de leur vie. La transmission est au coeur des interrogations de nombreux écrivains surtout au 20ème siècle. Ces auteurs comme Albert Cohen, Annie Ernoux, Aimé Césaire, Blaise Cendrars ont entrepris une quête identitaire et se sont interrogés sur leur racines pour comprendre leur histoire et leur parcours individuel. Ils posent par leurs écrit la question de la construction d’une identité et de son appropriation, mais également la recherche d’une écriture permettant de se trouver. Ces écrits offrent l’occasion de réfléchir sur le rôle fondamental de la transmission culturelle par la génération qui les a précédés. Le cas de Ibrahim Maalouf et son père est exemplaire, puisque tous deux étaient trompettistes de renom, Ibrahim s’est beaucoup inspiré de son père dans ses recherches artistiques, il utilise même une trompette à 4 pistons, instruments que son père a inventés. 

Cependant, tous ces écrivains affirment que leur héritage culturel n’est pas le seul élément qui leur a permis de se construire. Parfois, c’est justement dans la confrontation et la rupture avec les modèles familiaux que l’individu se construit. Ainsi, dans la littérature, l’exil, le déracinement, le déchirement entre deux mondes sont des problématiques récurrentes. Le roman d’Annie Ernoux La place, rend très bien compte de ce déchirement et de cette incompréhension mutuelle. La culture de l’individu doit aussi s’approprier d’autres influences : lectures, voyages, rencontres etc ... 

Ainsi, il paraît déraisonnable d’affirmer que seule la culture familiale permet à un individu de se construire. Bien que celle-ci ait un rôle non négligeable, c’est dans cette tension qui s’installe entre les valeurs individuelles, personnelles et les valeurs collectives que chaque personne se construit. A travers des récits de filiations mais également des récits de voyages, les écrivains et autres artistes soulignent les éléments qui bâtissent leur personnalité et les mettent en valeur dans le but de se retrouver, de manifester leur singularité. 

Fin de l'extrait

Vous devez être connecté pour pouvoir lire la suite

Télécharger ce document gratuitement

Les avis sur ce document

mareze
5 5 0
20/20

Cette correction m'a beaucoup plu car les exemples et la construction des phrases sont au top...

par - le 14/06/2017
FannyJ18
5 5 0
20/20

Ceci est le corrigé du Bac Pro 2017 de PONDICHERY. Le sujet du Bac Pro de Métropole 2017 ne sera donc pas le même.... Cette correction est là pour vous aider à vous entrainer :)

par - le 14/06/2017
rouz987
5 5 0
20/20

c le sujet de cette année ou non ?

par - le 14/06/2017
Plus d'avis (3)

Donne ton avis !

Rédige ton avis

Votre commentaire est en attente de validation. Il s'affichera dès qu'un membre de Bac pro le validera.
Attention, les commentaires doivent avoir un minimum de 50 caractères !
Vous devez donner une note pour valider votre avis.

Nos infos récentes du Bac Pro

Communauté au top !

Vous devez être membre de digiSchool bac Pro

Pas encore inscrit ?

Ou identifiez-vous :

Mot de passe oublié ?